Groupe Mutuel perd ses assurés en masse

L’assureur valaisan a accusé en 2018 une véritable hémorragie de
ses assurés au titre de l’assurance obligatoire des soins après
la hausse de ses primes.

storybild

 

Le Groupe Mutuel a connu en 2018 un important recul du nombre
d’assurés au titre de l’assurance obligatoire des soins (LAMal).
L’assureur valaisan a expliqué le phénomène par «la hausse des
primes effectuée en 2018». Les assurances complémentaires en
revanche, ont continué de progresser.

Le chiffre d’affaires de l’assureur maladie établi à Martigny,
qui a publié mercredi pour la première fois ses résultats annuels
sous sa nouvelle structure juridique, se monte à plus de
5,6 milliards de francs, pour l’essentiel (5,5 milliards) généré
par le secteur de la santé.

Ce dernier compte plus de 1,3 million de clients individuels.
Le nombre d’assurés LAMal au 1er janvier 2019 était de 981’160,
en recul de 8,7% en l’espace d’une année. Le renforcement des
réserves pour remplir les exigences légales s’est traduit
par «l’adaptation des primes» qui a incité des assurés à changer
d’assureur, explique le groupe dans son rapport annuel.

Le volume des primes encaissées au titre de la LAMal a reculé
de 4,1% à 4,5 milliards de francs. Après déduction du résultat
des placements de capitaux, l’excédent s’élève à 331,5 millions,
intégralement attribués aux réserves, précise Groupe Mutuel.

Modeste hausse des coûts

En 2018, les coûts de la santé en Suisse ont connu une hausse
inférieure à 1% selon des chiffres provisoires de la faîtière
Santésuisse, «beaucoup plus modérée» que les 4-5% par année en
moyenne depuis l’introduction de l’assurance obligatoire des
soins en 1996.

L’année dernière, le montant des factures LAMal traité par les
assureurs maladie du groupe a totalisé 4,5 milliards de francs.
Plus du trois quarts de ce montant se répartissent entre les
médecins, les hôpitaux (soins stationnaires et ambulatoires) et
les médicaments.

Dans le secteur entreprises, Groupe Mutuel compte désormais 23’000
clients, soit 1000 de plus qu’un an plus tôt, une progression
qualifiée de «réjouissante», qui permet à l’entreprise de renforcer
sa présence dans les assurances accidents – y compris
complémentaires, les indemnités pertes de gain (IPG) et la prévoyance
professionnelle (LPP).

Dans les domaines de l’assurance vie et des assurances de patrimoine,
deux secteurs plus récents dans l’entreprise, le premier assureur
romand a enregistré des volumes de primes quasiment stables, à respectivement
85 et 19,8 millions de francs. La holding octodurienne boucle son
premier exercice comptable sur un bénéfice de 308 millions de francs.

Cité dans le communiqué, le directeur général sur le départ, Paul Rabaglia,
évoque des résultats financiers «très bons», qui permettent de «renforcer
la solidité de l’entreprise, notamment en atteignant le niveau de réserves
exigé pour (les) différentes caisses actives dans l’assurance obligatoire
des soins».

 

  • Article paru sur “20 minutes.ch”
Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *